La campagne de l’OTAN contre la liberté d’expression

par Thierry Meyssan, Damas (Syrie)

Ceci est une longue histoire qui s’étend sur quinze ans. L’OTAN a d’abord tenté de réduire au silence les citoyens qui cherchaient à connaître la vérité sur les attentats du 11-Septembre. Puis, elle s’en est prise à ceux qui contestaient la version officielle des «printemps arabes» et de la guerre contre la Syrie. De fil en aiguille, elle a attaqué ceux qui dénonçaient le coup d’Etat en Ukraine. Désormais l’OTAN fait accuser par une pseudo-ONG ceux qui ont fait campagne pour Donald Trump d’être des agents russes.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont été suivis à la fois d’un état d’urgence permanent et d’une série de guerres. Comme je l’écrivais à l’époque, la théorie selon laquelle ils auraient été commandités par des jihadistes depuis une grotte afghane ne résiste pas à l’analyse. Tout laisse à penser qu’ils ont au contraire été organisés par une faction du complexe militaro-industriel.
Si cette analyse est exacte, la suite des événements ne pouvait que conduire à une répression aux Etats-Unis et dans les Etats alliés.

Le 11-Septembre et les 15 années suivantes: mon histoire

Quinze ans plus tard, la blessure que j’ai ouverte ne s’est toujours pas refermée – bien au contraire – du fait des événements qui ont suivi. Au Patriot Act et aux guerres du pétrole viennent de s’ajouter les «printemps arabes». Non seulement la majorité de la population états-unienne ne croit plus ce que dit son gouvernement depuis le 11/9 mais, en votant pour Donald Trump, elle vient d’exprimer son rejet du système post 11-Septembre.
Il se trouve que j’ai ouvert mondialement le débat sur le 11/9, que j’ai appartenu au dernier gouvernement de Jamahiriya arabe libyenne et que je relate sur place la guerre contre la Syrie. Au départ, l’administration américaine a cru pouvoir stopper l’incendie en m’accusant d’écrire n’importe quoi pour faire de l’argent et en me touchant là où selon elle cela fait mal, c’est-à-dire au portefeuille. Pourtant mes idées n’ont cessé de se répandre. En octobre 2004, lorsque 100 personnalités américaines signaient une pétition réclamant la réouverture de l’enquête sur les attentats du 11/9, Washington commençait à prendre peur.1 En 2005, j’ai réuni à Bruxelles plus de 150 personnalités du monde entier – dont des invités syriens et russes comme l’ancien chef d’état-major des armées de la Fédération, le général Leonid Ivashov – pour dénoncer les néo-conservateurs, montrant que le problème devenait global.2

«En 2007, l’administration Bush demanda de m’éliminer physiquement»

Si durant le mandat de Jacques Chirac, l’Elysée s’inquiétait de ma sécurité, l’administration Bush demanda en 2007 au président nouvellement élu Nicolas Sarkozy de m’éliminer physiquement. Lorsque je fus averti par un ami officier à l’état-major de sa réponse positive, je n’avais qu’un seul chemin: l’exil. Mes autres amis – j’étais depuis 13 ans secrétaire national du Parti radical de gauche – me regardèrent incrédules, tandis que la presse m’accusait de sombrer dans la paranoïa. Nul ne vint publiquement à mon secours. Je trouvais refuge en Syrie et sillonnais le monde hors de l’espace OTAN, échappant à de nombreuses tentatives d’assassinat ou d’enlèvement. Depuis quinze ans, j’ai ouvert des débats qui se sont généralisés. J’ai toujours été attaqué lorsque j’étais seul, mais lorsque mes idées ont été partagées, ce sont des milliers de gens qui ont été persécutés pour les avoir reprises et développées.

Un mémoire américain pour lutter contre les «théories de la conspiration»

C’est à la même époque que Cass Sunstein (l’époux de l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU Samantha Power3) rédigea avec Adrian Vermeule pour les universités de Chicago et d’Harvard un mémoire pour lutter contre les «théories de la conspiration» – c’est ainsi qu’ils appellent le mouvement que j’avais initié. Au nom de la défense de la «Liberté» face à l’extrémisme, les auteurs y définissent un programme pour annihiler cette opposition:
«Nous pouvons facilement imaginer une série de réponses possibles.
1.    Le gouvernement peut interdire les théories de la conspiration.
2.    Le gouvernement pourrait imposer une sorte de taxe, financière ou autre, sur ceux qui diffusent de telles théories.
3.    Le gouvernement pourrait s’engager dans un contre discours pour discréditer les théories du complot.
4.    Le gouvernement pourrait engager des parties privées crédibles à s’engager dans un contre-discours.
5.    Le gouvernement pourrait s’engager dans la communication informelle avec les parties tierces et les encourager».4

Création d’un «service de communication stratégique»

L’administration Obama hésita à choisir publiquement cette voie. Mais, en avril 2009, elle proposa au sommet de l’OTAN à Strasbourg-Kehl de créer un «service de communication stratégique». De même renvoya-t-elle Anthony Jones de la Maison-Blanche en 2009 parce que le célèbre avocat s’était exprimé sans ambages sur le sujet.5
Le projet du service de communication stratégique de l’OTAN resta dans les cartons jusqu’à ce que le gouvernement letton ne se manifeste. Il fut finalement installé à Riga sous la direction de Janis Karklinš – par ailleurs responsable à l’ONU du «Sommet mondial sur la société de l’information» et du «Forum sur la gouvernance d’Internet». Conçu par les Britanniques, il inclut des participations de l’Allemagne, de l’Estonie, de l’Italie, du Luxembourg, de la Pologne et du Royaume-Uni. Au début, il se contenta de multiplier les études.

L’«Institute of Modern Russia» de la famille Khodorkovsky à New York

Tout changea en 2014 lorsque le think tank de la famille Khodorkovsky, l’Institute of Modern Russia [Institut sur la Russie moderne] à New York, publia une analyse des journalistes Peter Pomerantsev et Michael Weiss.6 Selon leur rapport, la Russie aurait déployé un vaste système de propagande à l’étranger. Cependant, plutôt que de se présenter sous un jour favorable comme pendant la guerre froide, Moscou aurait décidé d’inonder l’Occident en «théories de la conspiration» de manière à créer la confusion générale. Et les auteurs de préciser que ces «théories» ne portent plus uniquement sur le 11-Septembre, mais aussi sur la couverture de la guerre contre la Syrie.
En cherchant à réactiver l’antisoviétisme de la guerre froide, ce rapport marquait un basculement des valeurs. Jusque-là, la classe dirigeante américaines cherchait uniquement à masquer le crime du 11-Septembre en accusant quelques barbus sans importance. Désormais, il s’agissait d’accuser un Etat étranger d’être responsable des nouveaux crimes que Washington avait commis en Syrie.

La 77e Brigade du gouvernement britannique

En septembre 2014, le gouvernement britannique créa la 77e Brigade; une unité chargée de contrer la propagande étrangère. Elle comprend 440 militaires et plus d’un millier de civils venant du Foreign Office incluant le MI6 et la coopération de la Stabilisation Unit. On ignore quelles sont ses cibles. Cette brigade travaille avec la 361st Civil Affairs Brigade de l’armée de Terre états-unienne (basée en Allemagne et en Italie). Ces unités militaires étaient utilisées à perturber les sites internet occidentaux tentant de rétablir la vérité aussi bien sur le 11-Septembre que sur la guerre contre la Syrie.
L’unité «Information Warfare Initiative» s’attaque à RT et Sputnik
Début 2015, Anne Applebaum (l’épouse de l’ancien ministre de la Défense polonais Radosłav Sikorski) créa au sein du Center for European Policy Analysis [Centre d’analyse de la politique européenne] de Washington une unité dénommée Information Warfare Initiative [Initiative sur la guerre de l’Information].7 Il s’agissait originellement de contrer l’information russe en Europe centrale et orientale. Elle confia cette initiative à Peter Pomerantsev (déjà nommé) et à Edward Lucas, un des rédacteurs en chef de The Economist.
Même si Pomerantsev est à la fois le co-rapporteur de l’Institute of Modern Russia et le co-responsable de l’Information Warfare Initiative, il ne fait plus référence au 11-Septembre, et ne considère plus la guerre contre la Syrie comme centrale, mais uniquement comme un thème récurrent permettant de supputer l’action du Kremlin. Il concentre ses flèches sur la chaîne de télévision Russia Today et sur l’agence de presse Sputnik; deux organes publics russes.

Fondation Jean-Jaurès: interdiction de parole pour «conspirationnistes»

En février 2015, le think tank du Parti socialiste français et contact de la National Endowment for Democracy (NED), la Fondation Jean-Jaurès, publie à son tour une note intitulée «Conspirationnisme, un état des lieux».8 Elle ignore les développements à propos de la Russie et reprend le débat là où Cass Sun­stein l’avait laissé. Elle préconise d’interdire purement et simplement aux «conspirationnistes» de s’exprimer. De son côté, la ministre de l’Education organisa des ateliers dans les écoles pour mettre en garde les élèves contre les «conspirationnistes».

Le «plan de communication stratégique» de l’UE et de l’OTAN

Les 19 et 20 mars 2015, le Conseil européen demanda à la Haute-Représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité Federica Mogherini de préparer un «plan de communication stratégique» pour dénoncer les campagnes de désinformation de la Russie à propos de l’Ukraine. Le Conseil ne mentionna ni le 11-Septembre, ni la guerre contre la Syrie et changea de cible pour en venir aux seuls événements en Ukraine.
En avril 2015, Mme Mogherini créa au sein du Service européen pour l’action extérieure (EEAS) une Unité de communication stratégique.9 Elle est dirigée par un agent du MI6 britannique, Giles Portman. Elle distribue à de très nombreux journalistes européens, deux fois par semaine, des argumentaires censés démontrer la mauvaise foi de Moscou; des argumentaires qui nourrissent abondamment les médias européens.
Dès sa création, le Centre de communication stratégique de l’OTAN s’adjoignit un service de l’Atlantic Council, le Digital Forensics Research Lab. Un manuel de communication stratégique fut rédigé par l’OTAN. Il vise à coordonner et remplacer tout le dispositif antérieur en matière de diplomatie publique, de relations publiques (Public Affairs), de relations publiques militaires, d’opérations sur les systèmes électroniques de communication (Information Operations) et d’opérations psychologiques.

Procédure d’initiative du Parlement européen du 23 novembre 2016

Inspirée par l’OTAN, l’ancienne ministre des Affaires étrangères polonaise devenue députée européenne, Anna Fotyga, fit adopter par le Parlement européen le 23 novembre 2016 une procédure d’initiative intitulée «Communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers».10 A nouveau, la cible se déplace: il ne s’agit plus de contrer le discours sur le 11/9 (vieux de 15 ans) ni celui sur la guerre contre la Syrie, mais de créer un amalgame entre le discours de contestation des événements ukrainiens et celui de Daesh. On en revient au départ: ceux qui contestaient le 11/9 visaient selon l’OTAN à réhabiliter Al-Qaïda, ceux qui font le jeu de la Russie visent à détruire l’Occident comme Daesh. Et peu importe que l’OTAN soutienne Al-Qaïda à Alep-Est.

Le mystérieux groupe «Propaganda or Not?» et ses acolytes

Lancé par un retentissant article du «Washington Post», le 24 novembre 2016,11 un mystérieux groupe «Propaganda or Not?» a établi une liste de 200 sites internet – dont voltairenet.org – prétendument chargés par le Kremlin de relayer la propagande russe et d’intoxiquer l’opinion publique états-unienne au point de l’avoir poussée à voter Trump.
Bien que «Propaganda or Not?» ne publie pas les noms de ses responsables, il indique réunir quatre organisations: Polygraph, The Interpreter, le Center for European Policy Analysis et le Digital Forensic Research Lab.
Polygraph est un site de Voice of America, la radio et télévision publique états-unienne contrôlée par le Broadcasting Board of Governors.
The Interpreter est la revue de l’Institute of Modern Russia, désormais diffusée par Voice of America.
Le Center for European Policy Analysis est un pseudopode de la National Endowment for Democracy (NED) dirigé par Zbigniev Brzezinski et Madeleine Albright.
Enfin le Digital Forensic Research Lab est un programme de l’Atlantic Council.

La Russie, un cliché hostile

Dans un document diffusé par «Propaganda or Not?», cette pseudo-ONG issue d’associations financées par l’administration Obama nomme l’ennemi: la Russie. Elle l’accuse d’être à l’origine du mouvement pour la vérité sur le 11/9 et des sites internet de soutien à la Syrie et à la Crimée.
Le Congrès des Etats-Unis a voté le 2 décembre 2016 une loi interdisant toute coopération militaire entre Washington et Moscou. En quelques années, l’OTAN a réactivé le maccarthysme.    •

Source: Réseau Voltaire, Damas (Syrie), 5/12/16

1    «100 personnalités contestent la version officielle du 11 septembre», Réseau Voltaire, 26/10/04.
2    «Axis for Peace», Réseau Voltaire.
3    «La face cachée de l’Administration Obama», par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 10/11/15.
4    «Conspiracy Theories», Cass R. Sunstein & Adrian Vermeule, Harvard Law School, 15/1/08.
5    «11-Septembre: Obama congédie un de ses conseillers», Réseau Voltaire, 8/9/09.
6    «The Menace of Unreality: How the Kremlin Weaponizes Information, Culture and Money», Peter Pomerantsev & Michael Weiss, The Interpreter/ Institute of Modern Russia, 2014.
7    Information Warfare Initiative, site officiel.
8    «L’Etat contre la République», par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 9/3/15.
9    «La propagande de l’UE contre la Russie», Réseau Voltaire, 5/7/16.
10    Procédure d’initiative du Parlement européen: «Communication stratégique de l’Union visant à contrer la propagande dirigée contre elle par des tiers», Réseau Voltaire, 23/11/16.
11    «Russian Propaganda Effort Helped Spread ‹Fake News› During the Election, Experts Say», Craig Timberg, The Washington Post, 24/11/16

Document joint: «Complaint ‹Voltaire Network International› vs ‹Prop or Not?›» peut être téléchargé sur Internet en anglais sous ce titre en format pdf.
Plainte déposée devant l’Inspecteur général du Département d’Etat à Washington. Réseau Voltaire International, 2 décembre 2016