Pour une conception plus précise

Ethique et culture – Léon Tolstoï, Ilia Repine et les «Ambulants»

hd. Sur le site où se trouvait l’ancienne fabrique de ciment de Brunnen aura lieu, du 13 au 27 septembre, l’exposition «10 années d’art à Schwyz». Cette manifestation, qui a lieu chaque année depuis 2005, rassemble les artistes de Suisse centrale de l’association «Art Schwyz». Cette association fut fondée en 1992 pour marquer une position opposée à celle dégagée lors de l’exposition universelle de 1991, intitulée «700 ans suffisent». Urs Knoblauch a adhéré spontanément au nouveau mouvement, dont il fut l’un des fondateurs dans le canton de Schwyz.

Lors de l’exposition de cette année, l’artiste rend hommage à Léon Tolstoï, à Ilia Repine et aux peintres russes ambulants («Peredwishnikis»). Dans l’installation qu’il présente à l’exposition, il s’exprime à propos de la justice sociale, de l’agriculture et de la sécurité de l’approvisionnement, prenant pour exemples les deux personnalités que furent Léon Tolstoï (1828–1910) et Ilia Repine (1844–1930). La grande peinture acrylique (215x195 cm, sur toile, pouvant être enroulée comme une carte topographique ou un tableau scolaire) de 2011 est consacrée à «Tolstoï au labour» (1887) et à son célèbre roman «De combien de terre l’homme a-t-il besoin?» Divers objets d’emploi quotidien, des études et une œuvre photographique d’après un texte de 2009 de Tschingis Aitmatow (1928–2008) complètent ce thème.
Celui-ci renvoie à l’origine de la notion de culture, en latin «agricultura». «On a oublié que la nourriture faite de céréales, de légumes et de fruits plantés de ses propres mains dans la terre est l’aliment le plus agréable, le plus sain, le plus simple et le plus naturel et que le travail dû à la force musculaire est une nécessité vitale.» (Léon Tolstoï, «Qu’est-ce que l’art?»)
Au XIXe siècle, la démocratisation s’est amplifiée, chacun devait avoir accès à la culture. Le réalisme devint un langage compris de tous. En 1863, quatorze jeunes artistes russes ont rompu avec l’académie de Saint-Pétersbourg. Ils cherchaient leurs motifs au quotidien et en contact direct avec la population, en particulier avec la paysannerie opprimée.

En 1870, ils ont fondé la «coopérative des expositions itinérantes» et se sont consacrés ardemment au devoir éthico-moral de l’art et de la culture. Les «Peredwishnikis» ont créé des œuvres informatives, sont passés de la ville à la campagne avec leurs expositions, y célébrant les hommes et leur travail agricole. De nombreux peintres importants du réalisme russe ont adhéré à la coopérative. Ilia Repine, ami de Tolstoï, s’est particulièrement distingué. Durant plus d’une décennie, les «ambulants» ont exercé des effets impressionnants. Les changements sociaux, le manque de caractère et le formalisme ont provoqué leur dissolution en 1922.L’œuvre artistique doit susciter la réflexion sur des problèmes tels que la puissance, instrument de la politique, l’appât du gain, la guerre, le colonialisme et la misère sociale. La communauté internationale a besoin de davantage d’éthique, de solidarité et de moyens pacifiques de résoudre les conflits. L’Europe doit recourir de nouveau à sa tradition humaniste pour permettre une vie en commun paisible et juste. Tous – et notamment les artistes – sont invités à y participer. Par ailleurs, la Suisse a contribué, en 2014, à l’émission commune de deux timbres symbolisant «deux siècles de relations diplomatiques entre la Suisse et la Fédération de Russie».    •

Urs Knoblauch: www.kultur-und-frieden.ch

Heures d’ouverture de l’exposition:
On trouvera l’installation d’Urs Knoblauch «Ethique et culture – Léon Tolstoï, Ilia Repine et les Ambulants» dans l’exposition-anniversaire «10 ans d’art à Schwyz», sur le site de l’ancienne fabrique de ciment, Industriestrasse 15, 6440 Brunnen, du 13 au 27 septembre 2015.
L’exposition sera ouverte du mercredi au vendredi de 15 h à 20 h et du samedi au dimanche de 10 h à 18 h. www.kunstschwyz.ch