Du Rhin à la Volga: expression artistique du paysage et de l’âme russes par la peinture en plein air

par Gerda Reuter et Cornelia Jung, Allemagne

Sur invitation de la Maison-musée Isaac Levitan, six peintres paysagistes allemands et huit russes se sont retrouvés au bord de la Volga, dans le cadre du projet «Grünes Rauschen» [Murmures verts] pour peindre ensemble. Les auteurs de cet article représentaient le studio de l’art de l’Université de Bonn (G.R.) et l’Université populaire de Bonn (C.J.).

C’est merveilleux d’être installé dans la nature et de transposer un motif sur une toile à l’instar de Macke, Cézanne ou Monet. Même par 8° C et sous la pluie! Le temps froid n’a pas empêché les huit peintres paysagistes russes et les six peintres allemands de travailler en plein air à Ples sur la Volga du 16 au 30 septembre 2016. Un résultat mémorable, constitué d’une centaine de peintures, fut présenté, lors d’un vernissage dans le magnifique centre culturel de Ples, au public russe. Celui-ci accueillit les peintres avec curiosité et enthousiasme. Une partie des œuvres fut ensuite exposée jusqu’au 14 octobre dans le Maison-musée pour peintures de paysages de Ples.
Les peintres avaient accepté l’invitation du ministère russe de la Culture, de la Maison-musée Isaak Levitan, de l’Oblast d’Ivanovo et de la fondation internationale «Province russe» de faire revivre l’ancienne tradition de la peinture de paysages aux alentours de la charmante petite ville de Ples. Peintres et interprètes furent logés dans un bon hôtel au bord de la Volga. Les organisateurs et quelques autres sponsors, dont Metro, prirent en charge les frais, excepté ceux du voyage et du visa. En guise de remerciements, chaque peintre offrit à la Maison-musée deux œuvres de leur propre création. Pour les organisateurs, faire de la peinture n’était pas le seul objectif. Il s’agissait également de favoriser l’échange culturel entre la Russie et l’Allemagne. Les années précédentes, les peintres associés venaient d’Italie, d’Estonie et de France.
Le temps pluvieux des premiers jours n’a nullement fait ombrage à l’atmosphère. En effet la savoureuse cuisine russe, le sauna bien chauffé et les réunions conviviales en fin de journée avec peintures et discussions jusque tard dans la nuit, ravirent les peintres. De plus, étaient inscrits au programme, concerts, visites dans les environs et un tour en bateau sur la Volga.
Le grand représentant de la peinture paysagiste russe se nomme Isaak Levitan (1860–1900) dont une bonne partie de sa vie se déroula entre Ples et Moscou. Nos collègues peintres russes continuent de peindre dans le style du réalisme russe, dont l’importance est toujours d’actualité dans le pays. Ils vivent assez bien de leur art et disposent d’une clientèle jusqu’en Chine. Les peintres allemands y ont apporté des éléments expressionnistes.
Les organisateurs et les peintres russes demeurent très intéressés au développement des échanges culturels avec l’Allemagne. Une invitation officielle de la part de l’Allemagne serait la bienvenue.     •

(Traduction Horizons et débats)

Le monument Isaak Levitan à Ples. (photo C.J.)
Eglise à Ples. (photo C.J.)