Pourquoi la Suisse tombe-t-elle à genoux?

ds. Je désire revenir à l’article «Ne sacrifions pas l’Etat de droit suisse et la démocratie à la folie de l’intégration à l’UE» de Marianne Wüthrich paru dans l’édition no 1 du 9 janvier.
Une telle trahison de la volonté du peuple et des fondements de la démocratie directe, comme la dite «préférence des travailleurs en Suisse, version allégée», n’a sans doute encore jamais eu lieu en Suisse. C’est une violation flagrante de la Constitution.
Alors que non seulement l’Angleterre mais aussi de plus en plus d’Etats membres de l’UE, tels la Finlande, le Danemark, la Suède, l’Autriche, la Pologne, la Hongrie et d’autres encore, ont repris leur politique d’immigration en leurs propres mains, la Suisse tombe à genoux devant Bruxelles. La question doit donc être posée: pourquoi cette soumission? S’agit-il simplement de la faiblesse des parlementaires et de nos membres du gouvernement ou y a-t-il des intérêts cachés derrière un tel comportement? Et si cela est la bonne explication, quels sont ces intérêts?    •