Une visite de notre ville jumelée de Gatchina

(photo mad)

par Doris et Gerhard Feigenbutz, Allemagne

Une personne fraichement retraitée se demande comment utiliser son nouveau temps libre. Notre petite ville d’Ettlingen compte actuellement cinq communes jumelées, en France, en Belgique, en Angleterre, en Saxe (Löbau), en Russie et en Italie. Lors de la fête du marché d’Ettlingen, ces villes jumelées ont leurs stands présentant leurs produits et des informations. A part le fait que nous achetions de temps en temps une confiture au citron de Menfi (Sicile), nous n’avions aucun contact avec ces communes partenaires. Bizarre – finalement, pourquoi pas? Fin 2017, un voyage à Gatchina (Russie), ville jumelle d’Ettlingen, fut annoncé. Gatchina se trouve à 45 kilomètres au sud de Saint-Pétersbourg et compte environ 90 000 habitants. Les personnes intéressées à participer au voyage ont pu assister à une réunion préliminaire en janvier de cette année. Pourquoi ne pas s’intéresser davantage à ces villes jumelées?
L’organisateur était la société germano-russe d’Ettlingen. Après trois réunions préliminaires et la clarification de toutes les questions ouvertes, nous nous sommes inscrits. Sous une direction expérimentée, le voyage en Russie s’est déroulé du 5 au 13 mai 2018.
Nous avions bien sûr nos inquiétudes: est-ce qu’en Russie les touristes se font arnaquer lors des paiements? Pourrait-il y avoir des inconvénients lors de sorties le soir?
Pour les premiers quatre jours, le groupe de 17 personnes a pu profiter d’un riche programme culturel à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Des guides locaux nous ont emmenés visiter les nombreux sites touristiques et nous ont donné un aperçu des magnifiques produits de l’artisanat, de l’histoire de l’art et de l’architecture de la Russie tsariste. Ce qui nous a impressionnés: nos guides parlaient un excellent allemand et pouvaient nous donner des informations détaillées à toutes nos questions.
Au milieu de notre séjour se trouvait le jour férié du 9 mai lors duquel on célèbre en Russie le «Jour de la Victoire». Sous la devise «Régiment immortel», les gens se rassemblent dans plus de 500 villes – également des jeunes – pour une marche commémorative en portant avec eux les photos des membres de la famille ayant combattu pendant la «Grande Guerre patriotique». En souvenir de la Seconde Guerre mondiale, des événements furent présentés à l’aide de panneaux d’affichage et de grands écrans sur les places publiques.
Le but principal du voyage était cependant la rencontre avec de bonnes «vieilles» connaissances à Gatchina. Lors d’un souper en commun, les participants ont échangé de nombreux souvenirs et des nouvelles. La conversation a été possible parce que quelques personnes de notre ville jumelée parlent très bien l’allemand et des personnes d’Ettlingen parlent un peu le russe. Trois participants avaient même suivi un cours de russe à l’université populaire spécialement pour ce voyage.
L’objectif de la visite locale choisie cette fois par les organisateurs fut l’«Ecole du troisième âge», un établissement pour personnes âgées créé selon le modèle du centre de rencontre pour personnes âgées d’Ettlingen. Le groupe a été chaleureusement accueilli au portail par deux anciens combattants hautement décorés. A l’entrée du bâtiment, des aînées en costumes colorés s’étaient placées en deux rangées pour accueillir les invités avec du pain, du sel et des chants. Dans le couloir, ils ont présenté un choix de leurs produits artisanaux fabriqués avec grand amour: peintures, broderies, bijoux et des coffrets travaillés à la scie à chantourner dont les motifs à trous étaient si précis qu’ils semblaient avoir été découpés au laser. Avec de très belles marionnettes originales faites à la main, les femmes réécrivent des contes de fées russes et les interprètent devant les enfants. Chanter et danser ensemble est particulièrement populaire, et les seniors ont déjà reçu des prix pour leurs performances. Cela favorise la santé et la joie de vivre. Ils nous ont présenté plusieurs échantillons de la qualité de leurs chants et de leur danse accompagnée par la musique d’accordéon – et nous ont invités à danser avec eux. Une copieuse table décorée avec amour s’ajoutait à l’hospitalité attentionnée. Dans un bref discours, les anciens combattants ont exprimé le souhait que les peuples ne se combattent plus jamais, mais que l’amitié («Druschba») se développe à la place. Le groupe d’Ettlingen a quitté l’«Ecole du troisième âge» avec des petits cadeaux faits maison et profondément impressionné.
Une autre destination fut le château de Gatchina. Le directeur du musée du château, un professeur d’allemand, a mené notre groupe avec des explications précises dans les diverses salles, du moins celles déjà restaurées. Gatchina fut occupée par les troupes allemandes dès l’été 1941 et rebaptisée «Lindemannstadt» en l’honneur du général allemand Georg Lindemann. Lorsque la Wehrmacht s’est retirée en 1944, le château fut dévasté et incendié. Une inscription d’un soldat allemand nous rappelle encore les pillages: «Nous avons résidé ici, maintenant nous partons. Quand Ivan reviendra, tout sera vide.» Jusqu’à présent, seule une partie du château a pu être restaurée.
Le dernier jour, nous avons fait une promenade à travers le marché de Gatchina. Sur un stand, nous nous sommes approvisionnés en noix et en fruits secs. La vendeuse a bien sûr remarqué que nous étions des touristes et nous a offert un petit paquet de noix mélangées pour le voyage de retour.
Et le résumé de ce voyage? Contrairement à nos craintes, nous n’avons été ni trompés ni menacés. Lors de nos excursions nocturnes à Moscou et Saint-Pétersbourg, nous ne nous sommes jamais sentis en danger. Nous avons trouvé les gens très aimables. Dans le métro de Moscou, à deux fois, des jeunes gens nous ont offert leurs places. D’ailleurs, l’espace public de cette ville est maintenu très propre. Les guides touristiques sont très compétents. Nous avons appris qu’ils devaient passer un examen pour recevoir le certificat de guide. Cela signifie que les Russes veulent mettre la transmission de leur histoire, de l’art et de la culture du pays entre les mains d’experts. On garde les souvenirs des victimes de la Seconde Guerre mondiale encore aujourd’hui en grande estime. Nous sommes reconnaissants de n’avoir jamais rencontré le moindre ressentiment envers les Allemands.
Lors de la fête du marché d’Ettlingen à fin août, plusieurs citoyens de Gatchina nous rendrons visite. Nous nous réjouissons aujourd’hui déjà de les revoir. Nous serons heureux de participer avec eux à des événements qui auront lieu dans les environs et de pouvoir leur offrir un hébergement.     •
(Traduction Horizons et débats)