Aucune critique des principaux partis face à l’OTAN

Elections en Italie

par Manlio Dinucci*

Il y a un parti qui, même s’il n’apparaît pas, participe de fait aux élections italiennes: le parti de l’OTAN [«Nato party»] formé par une majorité transversale qui soutient explicitement ou par consentement tacite l’appartenance de l’Italie à la Grande Alliance sous commandement américain. Cela explique pourquoi, en pleine campagne électorale, les principaux partis ont tacitement accepté les engagements précédents pris par le gouvernement dans la rencontre des 29 ministres OTAN de la Défense (pour l’Italie Roberta Pinotti), les 14–15 février à Bruxelles.
Les ministres ont d’abord participé au Groupe de planification nucléaire de l’OTAN, présidé par les Etats-Unis, dont les décisions sont toujours top secret. Puis, s’étant réunis comme Conseil de l’Atlantique-Nord, les ministres ont annoncé, après deux heures seulement, d’importantes décisions (déjà prises dans un autre lieu) pour «moderniser la structure de commandement de l’OTAN, colonne vertébrale de l’Alliance». Est instauré un nouveau Commandement conjoint pour l’Atlantique, probablement situé aux Etats-Unis, dans le but de «protéger les lignes maritimes de communication entre l’Amérique du Nord et l’Europe». On invente ainsi le scénario de sous-marins russes qui pourraient couler les navires marchands sur les voies transatlantiques. Est aussi instauré un nouveau Commandement logistique, probablement situé en Allemagne, pour «améliorer le mouvement en Europe de troupes et équipements essentiels à la défense». On invente ainsi le scénario d’une OTAN obligée de se défendre d’une Russie agressive, alors que c’est l’OTAN qui amasse agressivement des forces aux frontières de la Russie. Sur cette base seront institués en Europe d’autres commandements de la composante terrestre pour «améliorer la riposte rapide de nos forces».
Est prévu aussi un nouveau Centre de Cyber Opérations pour «renforcer nos défenses», situé près du quartier général de Mons (Belgique), avec à sa tête le Commandant suprême allié en Europe qui est toujours un général américain nommé par le président des Etats-Unis. Est confirmé l’engagement à accroître la dépense militaire: dans les trois dernières années les alliés européens et le Canada l’ont augmentée au total de 46 milliards de dollars, mais ce n’est qu’un début. L’objectif est que tous atteignent au moins les 2% du PIB (les Etats-Unis en dépensent 4%), afin d’avoir «plus d’argent et donc plus de capacités militaires». Les pays européens qui ont jusqu’à présent atteint et dépassé ce quota sont: la Grèce (2,32%), l’Estonie, le Royaume-Uni, la Roumanie et la Pologne. La dépense militaire de l’Union européenne – a-t-on rappelé dans une rencontre avec la représentante de l’UE Federica Mogherini – doit être complémentaire à celle de l’OTAN. La ministre Roberta Pinotti a confirmé que «l’Italie, respectant la requête états-unienne, a commencé à augmenter la dépense pour la Défense» et que «nous continuerons dans cette voie qui est une voie de responsabilité». La voie est donc tracée.
Mais de tout cela on ne dit mot dans la campagne électorale. Tandis que sur l’appartenance de l’Italie à l’Union européenne les principaux partis ont des positions diversifiées, sur l’appartenance de l’Italie à l’OTAN ils sont pratiquement unanimes. Ce qui fausse tout le cadre. On ne peut pas discuter d’Union européenne en ignorant que 21 des 27 pays UE (après le Brexit), avec environ 90% de la population de l’Union, font partie de l’OTAN sous commandement américain. On ne peut pas ignorer les conséquences politiques et militaires – et en même temps économiques, sociales et culturelles – du fait que l’OTAN est en train de trans­former l’Europe en un champ de bataille contre la Russie, présentée comme un ennemi menaçant: le nouvel «Empire du Mal» qui attaque de l’intérieur «la plus grande démocratie du monde» avec son armée de troll.    •

* Manlio Dinucci est un géographe italien et spécialiste en géopolitologie. Ses derniers ouvrages publiés sont: «Laboratorio di geografia» (2014), «L’arte della guerra. Annali della strategia USA/Nato 1990–2016» (2016), «Diario di viaggio», en trois tomes (2017).

Source: www.voltairenet.org/article199806.html du 21/2/18
(Traduction Marie-Ange Patrizio)