Le 4 novembre: voir Naples et mourir

Italie

par Manlio Dinucci, géographe et géopoliticien, auteur, Italie

C’est Naples, et non pas Rome, qui le 4 novembre 20191 a été au centre de la Journée des Forces armées. Sur le front de mer Caracciolo ont défilé cinq bataillons.
Mais le point fort a été l’aire d’exposition inter-forces, qui a reçu pendant cinq jours Piazza del Plebiscito surtout des jeunes et des enfants. Ils ont pu monter à bord d’un chasseur bombardier, conduire un hélicoptère avec un simulateur de vol, admirer un drone Predator, entrer dans un char d’assaut, s’entraîner avec des instructeurs militaires, pour aller ensuite au port visiter un navire d’assaut amphibie et deux frégates (FREMM). Une grande «Foire de la guerre» montée dans un but précis: le recrutement.
70% des jeunes qui veulent s’engager, vivent dans le Mezzogiorno, surtout en Campanie et Sicile où le chômage des jeunes est de 53,6%, par rapport à une moyenne UE de 15,2%. La seule qui leur offre un emploi «sûr» est l’armée.
Après les sélections, le nombre des recrutés s’avère cependant inférieur à celui qui serait nécessaire. Les Forces armées ont besoin de plus de personnel, parce qu’elles sont engagées dans 35 opérations dans 22 pays, de l’Europe orientale aux Balkans, de l’Afrique au Moyen-Orient et à l’Asie. Ce sont les «missions de paix» effectuées surtout là où l’OTAN sous commandement américain a déclenché, avec la participation active de l’Italie, les guerres ayant démoli des Etats entiers et déstabilisé des régions entières.

Pour conserver des forces armées et des armements adéquats – comme les avions de chasse F-35 italiens déployés par l’OTAN en Islande, montrés par la télévision Rai le 4 novembre –, on dépense en Italie, avec de l’argent public, environ 25 milliards d’euros annuels. En 2018, la dépense militaire
italienne est montée du 13e au 11e rang
mondial, mais Etats-Unis et OTAN font pression pour une augmentation ultérieure en fonction surtout de l’escalade contre la Russie.
En juin dernier, le gouvernement Conte I a «débloqué» 7,2 milliards d’euros à ajouter à la dépense militaire. Au mois d’octobre, dans la rencontre du Premier ministre avec le Secrétaire général de l’OTAN, le gouvernement Conte II a assuré l’engagement à augmenter la dépense militaire d’environ 7 milliards d’euros à partir de 2020 (La Stampa du 11/10/19). On est ainsi en train de passer d’une dépense militaire d’environ 70 millions d’euros par jour à celle d’environ 87 millions d’euros par jour. De l’argent public soustrait à des investissements productifs fondamentaux, notamment dans les régions comme la Campanie, pour réduire le chômage en commençant par celui des jeunes.

Tout autres sont les «investissements» faits à Naples. La ville a pris un rôle croissant en tant que siège de certains des plus importants commandements USA/OTAN. 
A Naples-Capodichino siège le Commandement des Forces navales étatsuniennes en Europe, sous les ordres d’un amiral américain commandant en même temps les Forces navales étatsuniennes pour l’Afrique et la Force conjointe alliée (Jfc Naples) avec quartier général à Lago Patria (Naples). Tous les deux ans, le Jfc Naples prend le commandement de la Force de riposte OTAN, une force conjointe pour des opérations militaires dans la «zone de responsabilité» du Commandant Suprême Allié en Europe, qui est toujours un général américain, et «au-delà de cette zone». Dans le quartier général de Lago Patria se trouve, depuis 2017, le Hub de direction stratégique OTAN pour le Sud, centre d’intelligence, c’est-à-dire d’espionnage, concentré sur Moyen-Orient et Afrique.
 Du commandement de Naples dépend la Sixième Flotte, avec base à Gaète, qui – informe la vice-amirale américaine Lisa Franchetti – opère «du Pôle Nord jusqu’au Pôle Sud».
 Voilà quel est le rôle de Naples dans le cadre de l’OTAN, définie par le président Mattarella, dans son message du 4 novembre, comme «une alliance à laquelle nous avons librement choisi de contribuer, en protection de la paix dans le contexte international, en sauvegarde des plus faibles et des opprimés et des droits humains».    •

Source: il manifesto du 5/11/19. 
https://ilmanifesto.it/4-novembre-vedi-napoli-e-poi-muori/ 


(Traduit de l’italien par M-A. P.)

1    Le 4 novembre est la Journée de l’Unité nationale et des Forces armées italiennes, une commémoration, instaurée en 1919, lors de l’armistice italien suite à la Première Guerre mondiale (de 1915 à 1918 en Italie), ndt.