L’expert de l’ONU sur la torture sonne à nouveau l’alarme: la vie de Julian Assange est en danger

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, a exprimé son inquiétude face à la détérioration continue de la santé de Julian Assange depuis son arrestation et sa détention au début de cette année, affirmant que sa vie était désormais en danger.
Le 11 avril 2019, M. Assange a été envoyé dans une prison de haute sécurité du Royaume-Uni, où il continue d’être détenu dans le cadre d’une demande d’extradition américaine pour espionnage pour avoir rendu public des preuves de crimes de guerre et d’autres fautes en Irak et en Afghanistan. «Alors que le gouvernement américain poursuit M. Assange pour avoir publié des informations sur de graves violations des droits de l’homme, y compris des actes de torture et des meurtres, les responsables de ces crimes continuent de jouir de l’impunité», a déclaré Melzer.
En mai, le rapporteur spécial et son équipe médicale ont rendu visite au fondateur de Wikileaks emprisonné et ont informé qu’il présentait «tous les symptômes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique» et exigé des mesures immédiates pour protéger sa santé et sa dignité.
 «Cependant, ce que nous avons vu de la part du gouvernement britannique est un mépris total pour les droits et l’intégrité de M. Assange», a dit M. Melzer. «Malgré l’urgence médicale de mon appel et la gravité des violations alléguées, le Royaume-Uni n’a pris aucune mesure d’enquête, de prévention et de réparation exigée par le droit international.»
En vertu de la Convention contre la torture, les Etats doivent mener une enquête rapide et impartiale chaque fois qu’il existe des motifs raisonnables de croire qu’un acte de torture a été commis. «Dans une réponse brève envoyée près de cinq mois après ma visite, le gouvernement britannique a catégoriquement rejeté mes conclusions, sans indiquer la moindre volonté d’examiner mes recommandations, et encore moins de les mettre en œuvre, ou même de fournir les informations supplémentaires demandées», a déclaré l’expert des Nations Unies.
Comme l’avait prédit Melzer, peu après la visite du Rapporteur spécial, M. Assange a dû être transféré à l’unité de soins de santé de la prison. «Il continue d’être détenu dans des conditions oppressantes d’isolement et de surveillance qui ne sont pas justifiées par son statut de détenu», a déclaré M. Melzer, ajoutant qu’après avoir purgé sa peine de prison pour violation des conditions de sa libération sous caution au Royaume-Uni en 2012, M. Assange était désormais détenu exclusivement en relation avec la demande d’extradition en instance des Etats-Unis.
«Malgré la complexité de la procédure engagée contre lui par le gouvernement le plus puissant du monde, l’accès de M. Assange à un avocat et à des documents juridiques a été gravement entravé et porte atteinte à son droit le plus fondamental de préparer sa défense», a déclaré M. Melzer.
«L’arbitraire flagrant et soutenu dont ont fait preuve le pouvoir judiciaire et le gouvernement dans cette affaire affiche un écart alarmant par rapport à l’engagement du Royaume-Uni en faveur des droits de l’homme et de l’Etat de droit. Cet exemple est inquiétant, d’autant plus que le gouvernement a récemment refusé de mener l’enquête judiciaire tant attendue sur la participation britannique au programme de torture et de restitutions de la CIA.»
«A mon avis, cette affaire n’a jamais porté sur la culpabilité ou l’innocence de M. Assange, mais sur le fait de lui faire payer le prix pour avoir dénoncé des fautes graves du gouvernement, y compris des crimes de guerre et la corruption présumés. Sans un changement de cap du Royaume-Uni et l’amélioration de la situation de M. Assange, l’exposition continue de ce dernier à l’arbitraire et aux abus pourrait bientôt lui coûter la vie.»
Dans son appel urgent adressé au Gouvernement britannique, le rapporteur spécial a vivement recommandé d’empêcher l’extradition de M. Assange vers les Etats-Unis et qu’il soit rapidement remis en liberté et autorisé à recouvrer la santé et à reconstruire sa vie personnelle et professionnelle.     •

Source: https://www.ohchr.org/EN/NewsEvents/Pages/DisplayNews.aspx?NewsID=25249&LangID=E, 1/11/19

(Traduction Horizons et débats)

«Je meure. Lentement, mais inéluctablement.»

«Je meure. Lentement, mais inéluctablement. Je suis épuisé et j’ai perdu beaucoup de poids. L’isolement à Belmarsh me tue. Il y a très peu de contact avec le monde extérieur. Tout cela parce que j’ai rendu publics des crimes de guerre, pour ouvrir les yeux aux gens et montrer ce que les gouvernements nous cachent. Je vais mourir. Et je crains qu’avec moi, la liberté de la presse et la démocratie disparaîtront également.»

Julian Assange, le 11 novembre 2019

Nils Melzer

Nils Melzer (photo twitter)

L’expert suisse en droit international Nils Melzer est depuis novembre 2016 Rapporteur spécial sur la torture et donc expert des dites Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Les experts des procédures spéciales travaillent selon un fondement volontaire; ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou organisme et siègent à titre personnel.
Antérieurement, Nils Melzer a travaillé pendant douze ans pour le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans différentes régions en crise, en tant que délégué, vice-chef de mission et conseiller juridique. Outre son mandat à l’ONU, il est titulaire d’une chaire en droit international humanitaire à l’Université de Glasgow et enseigne également à l’Académie pour le droit international humanitaire et les droits de l’homme de Genève.