Traité de paix avec les talibans

L’aveu de la défaite subie par les Etats-Unis

par Albert A. Stahel

Après près de 18 années de guerre, les Etats-Unis négocient avec les talibans à Doha, capitale du Qatar. En décembre 2001, ils mirent fin officiellement au régime des talibans en Afghanistan et ils expulsèrent l’équipe dirigeante avec Mullah Omar vers le Pakistan. Maintenant, la diplomatie américaine, dirigée par le délégué spécial des Etats-Unis pour l’Afghanistan Zalmay Khalizad – lui-même d’origine afghane –, reconnaît les talibans comme des partenaires égaux en droit dans les négociations. Il semble évident que les Américains entendent réaliser, par ce soi-disant traité de paix, un retrait tranquille pour quitter l’Afghanistan. Tout comme l’Union soviétique en 1989, les Etats-Unis ont perdu une guerre de longue durée. La mort de soldats américains était inutile, tout comme les 1000 milliards de dollars américains dépensés pour cette guerre. Comme lors de la guerre de la 40e Armée de l’URSS de 1979 à 1989, les Américains ont échoué à cause de la topographie du pays et l’intransigeance des Afghans. Ainsi, ils ont complété une série des grandes puissances devant accepter une défaite dans ce pays montagneux. Avant eux, il y eut l’Empire britannique et l’URSS. Maintenant les Etats-Unis se partagent le sort des grandes puissances vaincues en Afghanistan avec leurs prédécesseurs.
A première vue, l’échec des Etats-Unis paraît incompréhensible, car ils y ont engagé toute leur force militaire. L’expression de cette supériorité fut l’intervention des bombardiers à longue distance B-1B et B-52. Les bombardements américains n’eurent cependant que peu d’effets contre les kalachnikovs primitives des talibans. Par contre, en tuant des personnes innocentes,1 ils ont incité la colère de la population civile afghane et l’ont poussée à choisir finalement le côté des talibans.
Que restera-t-il de cette intervention après le retrait des troupes américaines et de leurs alliés? A vrai dire peu de chose. L’Afghanistan se trouvera une nouvelle fois sous le contrôle des talibans et les collaborateurs du gouvernement de Kaboul avec son président Ghani en tête, se retireront à l’étranger, avant tout aux Etats-Unis. La population afghane restera pauvre et sera d’autant plus dépendante des bandits de la drogue.
La population américaine prendra connaissance de ce retrait, mais elle ne saisira pas que ce retrait est un pas de plus vers l’abdication des Etats-Unis de leur statut impérial. Leur président Donald Trump fêtera en même temps le retrait américain et la défaite accompagnante comme un couronnement de ses décisions stratégiques. Ainsi, il partagera le sort d’autres leaders de ce monde.     •

Source: Institut für Strategische Studien du 31/1/19
(Traduction Horizons et débats)

1    Entre le 1/1/2017 et le 31/12/2017, UNAMA a enregistré 28 291 personnes civiles tuées et 52 366 blessées. UNAMA, Afghanistan:
Protection of Civilians in Armed Conflict. Annual Report 2017, February 2018: https://www.ohchr.org/Documents/Countries/AF/ProtectionCiviliansAnnualReport2017.pdf.