Livres

Publication d'édition Zeit-Fragen

La majorité des livres publiés par Zeit-Fragen sont en allemand. Vous pouvez trouver ces publications sur la page d'accueil allemande sous la rubrique "Bücher".

Conférences suisses – textes sur le droit international et l’ordre mondial

Cette parution aux Editions Zeit-Fragen (2019) contient une série d’articles publiés par Hans Köchler dans les années 2011 à 2018 dans le journal suisse Zeit-Fragen / Horizons et débats / Current Concerns.

Les textes de Hans Köchler juxtaposent des analyses et des réflexions juridico-philosophiques fondamentales avec des questions d’actualité du droit international et de l’ordre mondial.

Les principaux sujets abordés constituent la recherche de solutions aux conflits internationaux (p. ex. Libye, Ukraine, Iran, Corée du Nord); le dialogue comme condition préalable indispensable à la compréhension des différentes cultures; la tension entre la souveraineté, le droit et la démocratie face aux revendications impériales du pouvoir; l'échec étatique dans la question des réfugiés et des migrants; la question de savoir si les sanctions, et lesquelles précisément, sont légitimes en droit international et à quoi pourrait ressembler l'ordre pacifique international dans un monde multipolaire.

L'auteur est un expert reconnu dans le domaine international et sait apporter des réponses fondées aux questions brûlantes de la realpolitik actuelle dans un langage compréhensible basé sur la philosophie du droit et le droit international. Il oppose de façon continue et de manière cohérente et concrète l’«arrogance du pouvoir» à l’application du droit international.

Une édition étendue en anglais sera publiée prochainement.

Le livre peut être commandé auprès de: Horizons et débats.
Rédaction et éditions, Case postale, CH-8044 Zurich.
e-mail: redaktionzeit-fragen.ch; abozeit-fragen.ch; www.zeit-fragen.ch/fr
CHF 30.- / EUR 25.- (frais de port en sus)
PC (CHF): 87-644 472-4,
IBAN: CH91 0900 0000 8764 4472 4 / BIC: POFICHBEXXX

A propos de l’auteur

Hans Köchler (*1948) a été directeur de l’Institut de philosophie de l’Université d’Innsbruck de 1990 à 2008. Il est fondateur et président (depuis 1972) de l’International Progress Organization (Vienne). Depuis lors, il a participé à de nombreuses publications, voyages, conférences et aussi par le biais de sa participation à diverses organisations internationales pour le dialogue des cultures et a travaillé dans divers comités et organes d’experts traitant de la démocratie internationale, des droits de l’homme et du développement. Hans Köchler est membre du Conseil universitaire de l’Université des Sciences numériques de Berlin. Depuis 2018, il enseigne au Center for Cultural Diplomacy Studies à Berlin. Hans Köchler vit à Vienne.


Idée et la pratique d’intérêts communs organisés en coopératives

En 2016, l'«Idée et la pratique d’intérêts communs organisés en coopératives» a été déclarée Patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO. L'objectif est de protéger cette «Idée» tout en la faisant connaître en tant que modèle économique à succès. L'idée de déclarer l'idée coopérative comme patrimoine culturel de l’humanité fut lancée en 2014 par Dietmar Berger, président de longue date de l'Association des coopératives d'Allemagne centrale. La Fédération Raiffeisen et la Société Schulze-Delitzsch se sont associées à cette idée et ont soumis conjointement la demande à l'UNESCO.
Afin d'honorer la reconnaissance de «Idée et la pratique d’intérêts communs organisés en coopératives» en tant que Patrimoine culturel immatériel, la Coopérative Zeit-Fragen a organisé dans le cadre de la Foire du livre de Leipzig de l’année 2017 deux réunions, au cours desquelles, les fondements principaux de l'idée et de la pratique du système coopératif ont été présentés lors de six interventions distinctes. La brochure documente ces contributions fort intéressantes.

Les fondements éthiques et anthropologiques de l'idée coopérative sont toujours et encore d'actualité et doivent être préservés et développés pour les générations futures. L'ONU avait déjà proclamé l’an 2012 «Année des coopératives» et a ainsi honoré les coopératives avec leurs 800 millions de membres dans plus de 100 pays. Les coopératives réduisent la pauvreté, créent des emplois et favorisent l'intégration sociale. Voilà suffisamment de raisons pour prendre connaissance de leurs fondements historiques, socio-éthiques, économiques et pratiques.


Nous fondons une coopérative

Vivre et œuvrer ensemble en cultivant l’entraide mutuelle

Editions Zeit-Fragen,  Groupe d’auteurs
28 pages A5, ISBN 978-3-909234-16-5
CHF 7.–/ EUR 5.– (frais d’envoi non compris)
La brochure est également disponible:
En allemand: ISBN 978-3-909234-15-8
En anglais:    ISBN 978-3-909234-17-2
En russe:       à commander auprès de l’éditeur

 

Extrait de l’éditorial

«L’idée coopérative rencontre actuellement de plus en plus de considération et de propagation dans le monde. Dans de nombreux endroits – les quelques exemples contenus dans cette brochure en sont une bonne illustration –, le travail en commun au sein d’une coopérative permet de garantir une existence autonome et solide, favorise l’indépendance et l’autonomie également en temps de crise.

Le fait d’œuvrer ensemble en coopératives est une forme très ancienne de la maîtrise de la vie humaine, qui s’est développée sous diverses formes en de nombreux lieux du monde entier. En Suisse, cet élément intégratif et communautaire des coopératives a contribué de manière essentielle au développement d’un Etat organisé de bas en haut avec sa démocratie directe.
Mais tout cela n’est pas simplement le fait du hasard.
Lorsqu’on considère la coopérative du point de vue anthropologique, on constate que c’est une forme d’organisation humaine dont les principes de base correspondent à la nature humaine: la liberté de gérer soi-même ses affaires, la conscience de devoir assumer son propre destin, la coopération pour agir ensemble en faveur du bien commun de tous les participants.»


Le livre d’images instructif de l’auteure suisse Lisette Bors, raconte de manière adaptée aux enfants comment, partant de l’idée d’un seul homme, l’organisation humanitaire de la Croix-Rouge, unique en son genre et opérant à l’échelle mondiale, a pu se développer. A partir du quotidien d’enfants de nos jours, l’auteure conduit les jeunes lecteurs ou auditeurs au sujet. Les informations historiques ont été examinées soigneusement avec des experts de la Croix-Rouge suisse, du CICR et de la Société Henry Dunant.
Dans la première partie, illustrée de nombreux dessins aux couleurs magnifiques, le lecteur apprend comment la petite Lisa, âgée de six ans, et son cousin René passent leurs vacances chez leurs grands-parents. Il y a beaucoup à faire. Lisa aide sa grand-maman à la cuisine et au jardin et lorsque la grand-mère, monitrice samaritaine, prépare le prochain exercice des samaritains au village, Lisa, elle aussi, apprend à faire des pansements.
Le grand-père, ancien instituteur, donne des leçons de français à Amira, une jeune fille réfugiée irakienne. Lisa et René veulent savoir d’où Amira vient, pourquoi elle a dû s’enfuir, comment on vit dans son pays et pourquoi il y a la guerre. Ils se demandent comment ce serait de devoir quitter son chez-soi et comment ils pourraient aider Amira. Lorsqu’ ils comprennent que le père d’Amira est porté disparu et que c’est la Croix-Rouge qui le recherche, ils veulent savoir ce qu’est la Croix-Rouge.
Dans la deuxième partie, le grand-père raconte donc à ses petits-enfants, soir après soir, l’histoire d’Henry Dunant et de la fondation de la Croix-Rouge. Illustré de nombreux documents photographiques et animé par les questions de Lisa et René, le récit du grand-père fait revivre l’Histoire aux enfants de façon passionnante.
A la fin, l’auteure nous ramène dans le présent de Lisa, de René et d’Amira et à la question qui les préoccupe tous: «Où est le papa d’Amira?»
L’auteure réussit avec beaucoup de sensibilité à initier les enfants, à partir de leur contexte quotidien, aux événements du monde, par exemple à la question de la guerre et de la paix. Elle ne se borne cependant pas à décrire la misère, mais elle montre avec l’exemple d’Henry Dunant comment, à partir de l’idée d’un seul homme, une organisation humanitaire, qui soulage la souffrance humaine partout dans le monde, a pu se développer. Les enfants s’aperçoivent que chacun est important, et que ce sont les hommes qui font l’Histoire.
Le livre ne donne pas de réponses immédiates, mais crée de l’espace pour réfléchir et se poser des questions. Il incite à des discussions en famille, à l’école enfantine, à l’école et dans des groupes de jeunes. Dans l’appendice se trouvent un grand nombre d’idées et d’informations utiles au sujet d’Henry Dunant et du Mouvement de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.
Le livre a déjà fait ses preuves dans la pratique. Il a été évalué avec succès de l’école enfantine à l’école secondaire. Il est recommandé à partir de l’âge de 6 ans.
Lisette Bors, elle-même monitrice samaritaine, travaille depuis 25 ans comme maîtresse d’école enfantine. Dans le cadre de l’intégration d’enfants de langue étrangère, elle a développé sa propre méthode, à savoir comment enseigner des faits simples ou complexes à l’aide d’histoires dessinées.


Sabina – une élève victimedes réformes scolaires

Rendre la pédagogieaux enseignants et aux élèves!

Très souvent, on entend parler d’échecs scolaires d’élèves relevant d’une hyper­activité, de problèmes de concentration et/ou de problèmes comportementaux. A l’heure actuelle, outre les enseignants dans les écoles, de nombreux spécialistes sont actifs dans l’accompagnement et la thérapie d’enfants et d’adolescents. Malgré ce soutien, le nombre des jeunes sans emploi et bénéficiaires d’une rente AI a triplé depuis 1995 en Suisse. A la base, se trouve un manque des connaissances fondamentales tel le calcul et la langue, un manque de persévérance, peu d’aptitude à la coopération en équipes et un manque de fiabilité, pour ne mentionner que certains déficits attribués à nos jeunes en fin de scolarité.
Cette brochure démontre que ce bilan ne relève pas de la paresse ou d’un manque d’intelligence chez nos jeunes ni même des enseignants et des parents mal intentionnés ou incapables. D’abord, nous rencontrons Sabina, une fillette gaie et vive avec de grosses difficultés scolaires – malgré une bonne intelligence et des parents entièrement conscients de leur responsabilité. Puis, l’auteur nous explique les dessous des transformations ayant eu lieu dans l’enseignement ces dernières années, les nombreuses réformes scolaires et le Plan d’études 21, obligatoire dans les cantons de la Suisse alémanique. Dans cet exemple, Sabina obtient de l’aide. Un psychologue compréhensif et compétent lui ouvre la voie pour être admise au prochain niveau scolaire.
Etant donné que tous les élèves n’ont pas un tel soutien, les adultes – parents, enseignants, citoyens, politiciens – doivent assumer leurs responsabilités. Actuellement, il est encore possible d’apporter des améliorations à notre système de formation. Ne perdons cependant pas de temps, sinon une génération entière en souffrira, jusqu’au moment où les dommages pour les générations d’élèves futures devront être corrigés avec de gros efforts.

Un lecteur s’exprime

Le Dr Michael Winterhoff, pédopsychiatre et auteur allemand, écrit: «Chère Madame Nussbaumer, […] Vous décrivez de manière impressionnante la désorientation d’un grand nombre d’adultes et les effets sur nos enfants. J’espère que de nombreuses personnes liront votre brochure et se réveilleront. Du point de vue du spécialiste, il est grand temps que ce sujet soit traité lors de conférences spécialisées.»


La «coopération Zeit-Fragen» s’est chargée de diffuser l’ouvrage suivant:

Gotthard Frick: Hitlers Krieg und die Selbstbehauptung der Schweiz 1933–1945

Eine neue, umfassende Sicht auf die Selbstbehauptung der Schweiz im Zweiten Weltkrieg und die daraus für die Zukunft zu ziehenden Lehren.
Eigenverlag Gotthard Frick, Bottmingen; ISBN 978-3-033-02948-4
CHF 29.– / EUR 20.– (frais d’envoi non compris)

Un exposé dense, fondé sur les faits, sur la situation de la Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale qui s‘appuie sur un grand nombre de publications scientifiques et constitue un correctif bienvenu aux nombreuses présentations peu objectives de cette époque. Frick a écrit cet ouv­rage dans la perspective d‘aujourd‘hui et de demain: La paix et la justice sociale ne se réalisent ni se maintiennent automatiquement, même si c‘est ce que pensent les générations qui connaissent la prospérité.
«Que va-t-il arriver, demande Frick, si, par exemple, le monde ou simplement l‘Europe fait face, à cause des dettes accumulées, à une crise monétaire et économique, si l‘Europe éclate et que les nombreuses tensions ethniques et territoriales du passé se réveillent?» (p. 128) «Sommes-nous loin aujourd‘hui de tels scénarios? Quels bouleversements peuvent-ils entraîner? Y sommes-nous préparés?»
L‘auteur envisage non seulement l‘histoire, mais aussi la situation actuelle dans le monde, et particulièrement les dettes colossales des Etats-Unis, de l‘Union européenne et d‘autres pays avec la clairvoyance et l‘expérience d‘un économiste d‘une grande ouverture d‘esprit qui a beaucoup voyagé et a travaillé pour la Banque mondiale et d‘autres banques pour le développement, pour l‘ONU, l‘OCDE, divers gouvernements et particuliers dans plus de 100 pays.

Notre site web utilise des cookies afin de pouvoir améliorer notre page en permanence et vous offrir une expérience optimale en tant que visiteurs. En continuant à consulter ce site web, vous déclarez accepter l’utilisation de cookies. Vous trouverez de plus amples informations concernant les cookies dans notre déclaration de protection des données.

Si vous désirez interdire l’utilisation de cookies, par ex. par le biais de Google Analytics, vous pouvez installer ce dernier au moyen des modules complémentaires du présent navigateur.