La plupart des cantons romands exigent un moratoire pour le réseau 5G

ef. Le 10 avril, un jour après leurs homologues vaudois, les députés genevois ont demandé un moratoire sur la mise en place d’antennes destinées à la cinquième génération de «standards pour la téléphonie mobile et autres objets connectés» sur le territoire cantonal avec 58 voix contre 28. Selon la proposition, aucune antenne 5G ne pourra être construite dans le canton de Genève pour le moment.
Le moratoire ne sera levé qu’une fois que des preuves scientifiques indépendantes auront été fournies quant aux éventuels dommages pour la santé causés par la technologie 5G. Le Parlement cantonal veut également connaître les effets sur la faune.
Le canton du Jura arrête également la construction des antennes de la 5G. Le 16 avril, le gouvernement cantonal a décidé d’attendre une étude de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) pour des raisons de santé. Dans le canton de Vaud, le Grand Conseil a également adopté une résolution demandant un moratoire par 95 voix contre 9 et 25 abstentions. Une demande du PS est également en attente dans le canton de Fribourg, exigeant également un moratoire. Dans le canton de Neuchâtel, les Verts ont déposé une initiative cantonale destinée à l’Assemblée fédérale pour installer un moratoire au nom du principe de précaution.
Ceci fait suite à l’annonce faite par Swisscom d’étendre son réseau 5G à toute la Suisse. En février, les fréquences 5G ont été mises aux enchères pour un montant total d’environ 380 millions de francs suisses.