imprimer fermer

Ukraine

ds. Les récits sur les développements en Ukraine sont passés à l’arrière-plan vis-à-vis des flux de réfugiés vers l’Europe et ces derniers face aux attentats de Paris. Mais le danger provenant des évènements ukrainiens et menaçant la paix en Europe n’a pourtant pas diminué.
Le 20 et 21 novembre 2015, il y a eu des attaques en Ukraine du Sud contre des pylônes à haute tension, entraînant une interruption presque totale de  l’approvisionnement de la Crimée en courant électrique. L’approvisionnement en eau, les transports publics et les réseaux de téléphones et de portables ont également été touchés. La Crimée obtient entre 70 et 80% de son électricité de l’Ukraine.
Il est assez probable que ce soit des Tatars de Crimée et des membres du Secteur droit nationaliste qui ont perpétré l’attaque contre les quatre lignes à haute tension transportant l’électricité de l’Ukraine en Crimée. Ce sont aussi les mêmes groupes qui bloquent depuis septembre le passage des camions acheminant leurs marchandises par voie terrestre vers la Crimée. Fin 2014, Kiev avait déjà coupé les liaisons de chemin de fer, annonce la «Neue Zürcher Zeitung» du 24 novembre. Et le quotidien de continuer: «Porochenko a bien confirmé que des enquêtes judiciaires ont été ouvertes. Cependant, on n’a pas entendu de la part de Kiev de condamnation ferme et de distanciation de cet acte de violence laissant la plupart des 2,3 millions d’habitants de la Crimée sans courant depuis le week-end.»
En outre, Kiev ne semble pas être préoccupé par le fait que les Tatars de Crimée, en formant une alliance fatale avec le Secteur droit et d’autres groupes radicaux contournent par leurs actes le monopole étatique de l’usage de la force. Les barrages routiers sont tolérés.»    •