imprimer fermer

La traversée du tunnel de base du Gothard

Extrait du livre «Mon livre préféré. Histoires, devinettes et poésies pour la troisième classe primaire»

7:20 heures, voie 7, Gare centrale de Zurich – c’est le point de rencontre du rendez-vous. Gabriel et sa marraine montent à 7:32 heures dans le train en direction de Lugano, qui traverse le tunnel de base du Gotthard. C’est une grande première pour tous les deux.
Après un arrêt à Arth-Goldau, le train longe le beau lac Urnersee. De l’autre côté se trouve la prairie de Grütli, où, il y a plus de 700 ans, fut posé le fondement de la Suisse avec le serment de Grütli. Attention! Au bout du lac, à Flüelen, on se rapproche déjà de l’entrée du tunnel à Erstfeld. Tous les deux préparent leur portable; Ils veulent mesurer le temps, dont le train a besoin pour parcourir les 57 kilomètres à travers le tunnel. A vos marques, prêts, partez! Appuyez sur touche! Il fait noir et on sent que le train prend encore davantage de vitesse. Après 21 minutes et 21 secondes, la lumière du jour ressurgit à Biasca. Maintenant, nous sommes déjà au Tessin. Ici, on parle l’italien, une de nos quatre langues nationales.
Ils cherchent quelques mots:
buon giorno – bonjour
il treno – le train 

buona sera – bonsoir
la stazione – la gare
grazie – merci
la galleria – le tunnel
prego – s’il vous plaît
Compter jusqu’à dix? Gabriel essaie: uno, due, tre, quattro, cinque, sei, sette, otto, nove, dieci – bravo! Peut-être que leurs connaissances en italien peuvent leur servir?
Sur le trajet du retour, ils mesurent encore une fois le temps. Cette fois, le train parcourt le trajet en 17 minutes et 51 secondes. Pourquoi est-il plus rapide? Ils demandent au conducteur. Il leur explique que souvent, plusieurs trains passent en même temps le tunnel et des distances de sécurité doivent être gardées. C’est pourquoi parfois, le train ne peut pas rouler à vitesse maximale. Celle-ci est de 250 km/h, c’est le double de la vitesse permise sur l’autoroute! Il explique aussi qu’il y a deux tubes, car à une telle vitesse, le croisement de deux trains serait trop dangereux. Ah, c’est pourquoi ils n’ont vu aucun train en sens inverse sur tout le trajet dans le tunnel.
A la fin de leur beau voyage, ils jouent encore au jeu du «petit bac». Gabriel demande dans tout le wagon: Connaissez-vous un pays commençant par F ou une ville commençant par P? Tout le monde participe volontiers. Gabriel retourne à sa place avec toujours de bonnes solutions. Soudain, un homme du compartiment voisin tourne son ordinateur portable vers eux, et seulement visible pour Gabriel, s’affiche sur l’écran écrit en majuscule le nom de PARIS. Cela lui manquait encore. Il peut dire «stop» et il gagne la partie.
Ainsi, le trajet jusqu’à Zurich passe à toute allure. Tous deux l’admettent: c’était une magnifique journée!
Tu connais le jeu de géographie «Le petit bac»?
Jeu: un joueur récite dans sa tête tout l’alphabet, l’autre joueur interrompt à un certain moment: Stop! La lettre qu’il avait en tête sert de première lettre pour les mots recherchés. Le premier ayant rempli toutes les cases d’une ligne, dit «stop»! Alors on distribue les points: deux points pour un mot nommé qu’une fois, un point pour des mots nommés deux fois, zéro point pour une case vide.